Pour l’année 2009

      COURIR LA COURSE POUR REMPORTER LE PRIX

Tout d’abord tous nos vœux pour cette nouvelle année de grâce, l’année où le Seigneur montrera sa faveur à son peuple (Esa.61:2 BFC).

Puis ces versets, tirés de la version Semeur.

Non, certes, je ne suis pas encore parvenu au but, je n’ai pas atteint la perfection, mais je continue à courir pour tâcher de saisir le prix. Car Jésus–Christ s’est saisi de moi. Non, frères, pour moi je n’estime pas avoir saisi le prix. Mais je fais une seule chose : oubliant ce qui est derrière moi, et tendant de toute mon énergie vers ce qui est devant moi, je poursuis ma course vers le but pour remporter le prix attaché à l’appel que Dieu nous a adressé du haut du ciel dans l’union avec Jésus–Christ. Nous tous qui sommes spirituellement adultes, c’est cette pensée qui doit nous diriger. (Phil.3:13-15)

Tout un programme

Stay Tuned pour l’évolution de la course

Paddy

3 Responses to Pour l’année 2009

  1. Sandrine

    Bonjour Patrick,

    Est ce que Paul fait allusion à la course dont la victoire est le Salut?
    Je m’explique: Jésus a dit dans Matthieu 24:13 « Mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. »
    Comment interpréter cette parole?
    Car Jésus a dit aussi dans Jean 10:27-29
    « Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent.
    Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main.
    Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous; et personne ne peut les ravir de la main de mon Père. »
    Est ce que l’enseignement très répandu qui dit que nous ne pouvons pas être certains de notre salut, est vrai?
    Merci pour votre attention.
    Sandrine

    • Paddy

      La question est difficile à répondre dans le format commentaire sur un blog. je vais lancer des pistes en vrac.
      Déjà qu’appelle-t-on salut? un ciel après la mort ou la vie de Christ maintenant? Si c’est la vie de Christ en nous maintenant, alors oui on peut avoir l’assurance de son salut.
      Jésus a bien dit que nul ne pouvait nous ravir de sa main mais a -t-il dit que nous n’étions pas libre de sortir de sa main?
      Maintenant , vu d’une perspective céleste, si nous voyons le salut sous l’angle du billet « tous fichés ». Potentiellement, une personne est sauvée puisque son nom est déjà inscrit dans le livre de vie. Je vais jeter un pavé dans la marre en inversant la question. Quand peut-on avoir l’assurance de son non-salut? Quand le nom ne figure plus dans le livre de vie! Quand le nom est-il effacé? voilà la bonne question.
      je suis conscient que ma réponse va générer beaucoup de questions.

  2. Sandrine

    Merci Patrick pour votre réponse. Ça génère d’autres questions effectivement, mais j’aime ça. Ma question était portée sur le salut de la perspective du ciel, c’est à dire, sauvé de la « géhenne éternelle » comme c’est enseigné dans les courants protestants/évangéliques.
    Je n’arrive pas à croire qu’avec Dieu ce soit blanc ou noir, le ciel ou l’enfer. Et surtout je n’arrive pas à accepter l’idée d’une souffrance éternelle. Je me dis qu’on a mal interprété. Un ami juif messianique me disait que les chrétiens n’avaient pas du tout compris l’idée de la géhenne et de l’enfer et que seuls les Écritures des Juifs pouvaient éclairer et expliquer. C’est un sujet « brûlant » que peu de chrétiens abordent, et ça me travaille.

    Et oui, je suis consciente que ce soit difficile à répondre dans le format commentaire sur un blog, alors merci d’avoir pris le temps de me lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification, robots spam ou un vrais humain ? *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>