Être synchrone avec la dimension spirituelle

synchrone

Voici une quatrième vidéo faite avec Terres d’amour.
Dans ce message je continue d’explorer le thème de l’intériorité et de se reconnecter à la source mais en l’abordant sous un angle différent.
Accessible pour tout public et garanti sans discours religieux.
Je rappelle ce que j’écris à chaque fois: Là où certains verront peut-être: compromis, dérapage, apostasie d’autres certainement verront conquête, progression, foi et liberté.

Il est temps de passer du Dieu extérieur au Dieu intérieur

Pour les curieux
les liens des trois vidéos précédentes
Vidéo 1 ici
Vidéo 2 ici
Vidéo 3 ici

Stay tuned

84 Responses to Être synchrone avec la dimension spirituelle

  1. Dams

    Bonjour Patrick, comme d’habitude, intéressant, plein d’espoirs, de vie dans tout cela. Le point de départ du silence est important, merci pour l’indication. Finalement, dans le silence même si les pensées ont du mal à se taire, il s’agit pour les faire taire de lâcher prise, de les laisser filer sans résistance et du coup accepter qu’elles soient là pour qu’elles s’éteignent soudainement et que tout notre être s’embrase, devienne hyper sensible à tout ce qui nous entoure et nous intériorise ? Si j’ai bien compris…

    • Paddy

      Tout à fait, c’est très bien synthétisé.

  2. djahus

    Bonjour Patrick,
    Merci pour cette vidéo. J’apprécie vos partages car elles viennent en réponses à des questions et intuitions dont on ne trouve pas souvent écho dans nos cercles traditionnels.
    J’ai tant de questions mais je commencerais par celles là: vous considérez vous toujours serviteur mais sous une forme qui correspond mieux à votre appel ou réfutez vous l’appel initial?
    Celui qui ne croit pas en Jésus-Christ, Le rencontre donc personnellement, et devient disciple après ce « contact » par l’intériorité?

    • Paddy

      L’appel a toujours été présent.
      Il a d’abord été ignoré,
      puis répondu mais mal interprété (il y a beaucoup de raisons à cela).
      Aujourd’hui j’entre plus profondément dans cet appel.
      Celui qui ne croit pas en Jésus-Christ peut le rencontrer par l’intériorité et peut devenir son disciple. Il serait intéressant de repenser la notion de disciple hors des ornières institutionnelles (thème trop vaste pour être contenu dans un commentaire).

  3. Tony

    Bonjour Patrick. Toujours en recherche de la vérité de l’intériorité, j’avoue pencher de plus en plus pencher pour. Je vois que dans Proverbes 4:23 le mot coeur est la définition entre autres de l’homme intérieur, d’après l’original. Et Christ est dans nos coeurs d’après 1 Pierre 3:15.e continu les recherches, sincère, que Dieu me guide!

    • Paddy

      Super, tu es sur la bonne voie, persévère.

  4. Bonjour,
    Comme je suis tombé sur l’interview de terresdamour, après avoir regardé la vidéo, je n’ai pas pu contenir mon « craquage » et j ‘ ai laissé un commentaire, fruit de mon craquage. Je le retranscris ci-dessous tel quel…juste en terme de discussion, pas en combat acharné ;)

    « Bonjour, étant chrétien, je suis un peu surpris par les propos de Patrick Fontaine , non pas au niveau de la vie spirituelle en Dieu et de la communion qu’on peut vivre avec Dieu dans le spirituel de Dieu, mais plutôt par la porte d’entrée dans ce spirituel. Patrick dit lui-même qu’il est effectivement entré dans cette vie du spirituel de Dieu par la « porte » de la chrétienté (il était chrétien évangélique, il me semble), mais maintenant, il semble dire que n’importe quelle « porte » peut emmener dans ce spirituel de Dieu. Or, ayant lu la Bible, il sait que Jésus dit qu’il est LA porte et que nul ne vient au Père (Dieu) QUE PAR LUI. Donc pour la vie spirituelle en Dieu après être entré par la porte Jésus, je suis plutôt d’accord; mais que le seul chemin que la Bible annonce (Jésus) ne soit pas clairement annoncé comme le SEUL chemin, je trouve ça dangereux… car pour accéder à Dieu, il faut être pur, donc il faut que nos péchés soient pardonnés devant la justice de Dieu , or cela ne peut se faire qu’en acceptant par la foi (comme une pure grâce, sans aucun mérite) que c est le sacrifice de Jésus à la croix qui nous purifie du péché et nous ouvre alors l’accès au spirituel de Dieu. Attention de ne pas vouloir accéder au spirituel par une autre porte, car si on ne veut pas de la seule porte ( Jésus qui est mort à la croix pour nous purifier du péché devant la justice de Dieu) que Dieu nous donne pour accéder à Lui, au spirituel de Dieu, ne soyons pas surpris alors si on accède à autre chose, à un autre monde spirituel qui n’est pas celui de Dieu. Je trouve donc ça étrange qu’ ayant pris la bonne porte pour accéder au spirituel de Dieu, Patrick, maintenant, n’enseigne pas qu’ il n’y a pas d’autre porte possible… Ou peut-être n’a-t-il pas compris qu’il goûte à ce spirituel de Dieu, justement parce qu’il a accepté d’entrer par cette porte. Sinon, c’est sûr que le spirituel de Dieu, en Dieu, c’est ça LA VIE, la vie véritable !!! »

    Cordialement.

    • Paddy

      Il faut bien regarder les autres vidéos, La Croix est présentée comme seule cause de notre accès à Dieu. Que Jésus soit la porte ça ne fait aucun doute mais pas dans le sens religieux du terme.
      J’ai parlé du christianisme comme étant mon introduction et non mon terminus, trop s’arrête à l’introduction et ne vivent rien. Le christianisme, comme introduction, n’est ni meilleur ni pire que les autres religions ou spiritualités (connaître le credo ou la Bible ne suffit pas). Par contre le christianisme, comme terminus, ça nous plante autant.
      Je sais que ces propos peuvent choquer mais il ne suffit pas d’avoir une conception juste de Dieu pour vivre sa vie.

      • Bonjour Patrick,

        Mais je n’arrive pas trop à comprendre ce que tu appelles le christianisme. Car pour moi, être chrétien c’ est suivre le chemin que Dieu a tracé pour chacun (comme Dieu dit qu’il a pour chacun des projets de paix et non de malheur), par le Saint-Esprit, en obéissant à ce qu’il nous montre comme directions dans notre coeur, et cette obéissance ne pouvant se faire alors que par la foi dans ce que Dieu nous dit … donc je ne vois pas d’autre chemin que ce chemin de la croix (renoncer à notre ancienne façon de penser et accepter de suivre ce que Dieu nous dit parce que nous lui faisons confiance). donc pour moi, comme c est ça être disciple donc chrétien, je ne vois absolument pas d’autre chemin que ce chemin qui a été ouvert par Jésus-Christ, celui qui nous a ouvert, justement, de pouvoir suivre ce chemin (l’entrée dans la Nouvelle Alliance). Et aucun autre chemin ne nous garde en Dieu (car que Dieu soit en nous, c est indispensable mais que nous nous demeurions en lui, c est la marche…)

        • Paddy

          Moi vois trop bien ce que tu appelles christianisme, un attachement et une fidélité à la lettre (comme ton pseudo le laisse supposer).
          je ne doute pas de ta sincérité et de ton amour pour le Seigneuret pour les écritures. ton blog montre que tu es attaché aux écritures et que tu aimes l’enseignement ( tout comme moi, n’en doutes pas)
          Ce après quoi j’aspire aujourd’hui c’est la Vie et non la croyance, c’est le fruit et non les slogans, c’est l’amour et non le jugement.
          Je ne vois pas non plus d’autre chemin que la croix et je ne fais pas qu’y croire je l’emprunte, j’y marche.
          Tu cris « c est ça être disciple donc chrétien… » désolé, Disciples et chrétiens ne sont pas synonymes malheureusement, si seulement tous ceux qui se disent chrétiens étaient disciples de Jésus.
          Je ne te juges pas, j’avais les mêmes réflexes que toi pendant plus de trente ans. Ton commentaire sur Youtube est maladroit, la multitude des non croyants qui le verront seront, au mieux refroidis, au pire, confortés dans leur image que les chrétiens ont une foi exclusive et sont divisés entre eux. Je ne t’en félicite pas, tu débarques sans trop comprendre ce qui se joue mais ce n’est pas grave.
          Christ n’a pas besoin de garde du corps, le royaume de Dieu n’ont plus. Maintenant je te répète, je ne te juge pas, j’étais moi-même zélé de la sorte pendant plus de trente ans. Aujourd’hui, j’en ai fini des parties d’escrime avec la Parole comme épée, j’en ai fini d’essayé d’avoir raison. Paul dit qu’on connait en partie.

          • Ok, moi non-plus je ne veux pas me battre, c était juste pour discuter, j’aime bien, ça fait souvent voir certaines choses qu’on ne voyait pas avant (quand on a quelqu’un qui est passionné en face)… Nos chemins se recroiseront peut-être.
            d’ailleurs j’ai bien aimé l’anecdote sur le prix Nobel de la paix : ça fait réfléchir ce lien entre les molécules qui est la vie…
            cordialement à toi, Patrick

  5. Kevin

    Monsieur Fontaine,

    Vous parlez de réforme, est elle comparable à la dernière réforme de Torben Sondergaard?

    • Paddy

      Non pas du tout. Perso je ne vois rien de nouveau dans la « réforme » que tu mentionnes. Ça a le mérite de mettre les gens en action, c’est le point fort. Au niveau doctrinal, aucune réforme, rien de nouveau, que du « renouvieux ». Aucun enseignement sur l’intériorité dans la Pionneer School.

      • Hélène Jodoin

        Bonjour Patrick,
        J’ai écouté les vidéos mises en ligne sur « terresdamour » et je suis profondément touchée.
        Je comprends bien tes propos concernant la religion ayant moi-même été formée « chrétienne évangélique ». Ça été ma « porte d’entrée » . Mais voilà, depuis plusieurs années je ne fréquente plus d’assemblée parce que je ne me retrouve plus dans cette « culture ». Ayant commencé à lire d’autres auteurs, écouter d’autres discours, je me suis rendue compte qu’au final je n’ai pas « connu ». En tout cas, rien qui ressemble à ton expérience de Dieu (l’Être). Je n’ai jamais entendu parler comme toi dans une église.
        Merci de nous le partager.

  6. Keller

    Il existe une véritable Eglise, celle que Jésus Christ s’est acquise par son sang, et à qui lui même se révèle. les portes du séjour des morts ne prévalent point contre elle.

    Le Christ la sanctifie et la rend parfaite. Ce n’est pas un homme qui la conduit mais le divin berger. Et l’on n’est pas trompé !

    Allelouia

  7. Bruno

    Bonjour,

    Merci pour le fou rire avec Mme BlaBla au téléphone, certains ont besoin de s’entendre parler, ils se parlent à eux-même à voix haute mais n’attendes rien de leur interlocuteur, c’est ainsi.

    Jésus est la porte et le seul chemin qui mène au Père par l’épanouissement du Saint-Esprit.

    Il y a toujours des étincelles entre le religieux et la(le) mystique, entre ceux qui croient détenir la vérité et ceux qui sont esclaves de celle-ci. Les premiers persécuteront toujours les seconds.

    La vie du Fils naît dans l’âme de l’Homme, dans ses profondeurs, accepté Jésus et dire qu’Il est le chemin, c’est accepter la possibilité qu’il naisse en nous, qu’Il grandisse et que Sa vie, éternelle, jaillisse de l’intérieur vers la vie extérieure. C’est donc dans un abandon, une mort à soi, que cette possibilité devient réalisable, Sa Grâce étant à l’oeuvre.

    J’encourage chacun de nous à répondre à cet appel venant de l’intérieur, dans le silence, (merci pour le passage sur le qowl demamah daq)à Le contempler(2Co3:18).

  8. Bruno

    Re,

    Tu dis vers la fin de la video, que tu as désobéi (parles tu de ton appel) et que tu as payé le prix de la désobeissance.
    Peux tu m’éclairer?

    • Paddy

      Il y a un prix à l’obéissance, ça coute parfois.
      Le prix de la désobéissance est encore plus élevé (je ne parle pas de la vie en général, je parle de tournants majeurs dans la vie ou des choix doivent être pris).
      Du coup on arrive au but, mais avec un peu plus de bosses que prévu.

  9. Ludz

    Bonjour Patrick.
    Je t’ai découvert à travers ton « historique Youtube » et tes soirées de guérison ;) il y a quelques années maintenant. Mais LA VIDEO de Patrick Fontaine, reste ton témoignage de ta rencontre avec Jésus (en 2001 je crois).
    Est – ce qu’aujourd’hui, avec le prisme de l’intériorité, tu raconterai cette rencontre autrement? Et en tirerais-tu une autre interprétation?
    Cordialement,

    • Paddy

      Oui je raconterai autrement, je rajouterai des parties, amplifierai d’autres. Comme je l’ai souvent dit: j’avais (et j’ai) l’impression d’être Comme un amnésique qui retrouve la mémoire de cette rencontre par flash, donc même aujourd’hui, je ne suis pas sûr de raconter le témoignage au complet.
      Au niveau interprétation, elle s’est juste approfondie et est mieux définie.

  10. Vuilleumier

    Pouce bleu.

  11. Neuraz

    Bonjour,

    Pour ce qui concerne l’union mystique, je suis tombé sur un titre union mystique de John crowder, est ce une bonne approche ?

    • Paddy

      Le livre en lui-même contient beaucoup de perles et je suis en phase avec la majeure partie du livre. Je suis moins fan de quelques autres livres de l’auteur et je désapprouve personnellement certaines de ses vidéos, c’est un avis perso, Paul nous dit d’examiner toutes choses et de retenir ce qui est bon, le livre l’union mystique est bon.

  12. Neuraz

    J’ai aussi visionné plusieurs vidéo de Jean Yves Leloup,
    Nous mène t il sur le chemin ?

    • Paddy

      J’ai lu quelques uns de ses livres et visionné quelques vidéos, indéniablement il amène quelque chose, j’aime beaucoup.

  13. Bonjour Patrick. Pas évident de communiquer ma pensée par écrit mais je vais essayer. L’intériorité m’intrigue et j’y crois car je pense l’avoir expérimentée ponctuellement. Mais de l’intrigue vient que j’ai l’impression que cela était trop loin de lEglise. C’est à dire, de ce que je comprenais, pas besoin de Jésus ou ou autre référence religieuse ou chrétienne pour découvrir Dieu. Et ça me gênais. Puis j’ai eu une discussion avec une amie chrétienne qui s’interrogeait sur le yoga. Elle me montre un livre ou l’on voit que chaque position correspond à une divinité. Puis en creusant dans d’autres anciennes croyances, partout en fait il y a DES Dieu. Je me renseigne sur les cultes de Corinthes, je vois que l’on brûlais des animaux et les graisses récoltée me font penser aux sacrifices dans l’ancien testament. Du coup je crois que toutes ces civilisations on su que Dieu existait. Mais n’en on pas compris sa multitude dans son unicité. Exemple: les grecs comprennent que l’amour est quelque chose surpasse l’homme et donc lui attribue un Dieu. Puis un autre Dieu pour autre chose. Alors que tout ceux qu’ils ont saisi de divins et fragmenté en plusieurs divinité n’est en réel la marque que d’un seul Dieu. C’est cela que Jésus est venu rappeler. Du coup ta phrase, la religion chrétienne ou même Jesus n’est pas LA porte obligatoire pour découvrir qu’il y a un Dieu unique me parle. Par contre pour connaître qui est ce Dieu en moi, il faut comprendre, recevoir l’oeuvre de Jésus. C’est presque le chemin inverse mais au final cela me semble cohérent (avec ma petite cervelle). Jésus peut nous révéler directement qu’il y a Dieu en nous, mais l’on peut découvrir ce même Dieu par un tout autre moyen (l’intériorité ou autre) et Jésus nous « explique » ce Dieu, ce qu’il a accompli en Jésus. Je sais pas si je suis bien compréhensible, mais c’est là où j’en suis.

    • Paddy

      Super, je ne l’aurai pas mieux dit, merci.
      Je rajouterai que tous les polythéismes sont aussi souvent issus d’une conscience de séparation avec Dieu et le besoin, du coup, d’avoir des dieux intermédiaires.

      • Merci. Une conscience de la séparation d’avec Dieu et une perte de connaissance de qui Il est.
        Par contre, ou se situerai le différence entre un culte en un « faux Dieu » comme les corinthiens (a qui Paul dit que l’on peut y manger dans leur temple quand on sait qu’il n’y a qu’un seul Dieu en réalité) et un culte qui serait vers un démon comme l’on peut l’entendre dans la sphère évangélique (si tu pries pas Jesus alors tu pries un démon). Je m’éloigne du sujet, mais je pense que c’est une incompréhension qui bloque certain chrétien a explorer la méditation et l’intériorité. Et j’avoue avoir souvent un petit et un grand diable, je ne suis pas à l’aise avec ses sujets la.

        • Paddy

          Malheureusement on ne peut pas croire tout ce qui se dit dans la sphère évangélique. Beaucoup de « doctrines » ont pour point de départ la séparation d’avec Dieu malgré l‘œuvre de La Croix, la crainte (voir la superstition), la Lettre (au lieu d’une relation intime avec Dieu) etc… ce qui maintient hors du bénéfice de l’oeuvre Accomplie à La Croix et de nous y tenir en toute foi et sérénité.

    • Bruno

      Pour abonder dans ton vécu du chemin vers Dieu, j’aime bien cette vision de la naissance de Dieu dans l’âme. Quand on dit que Jésus est le chemin, c’est dire qu’il doit naître dans notre âme et y grandir dans toute sa plénitude.

      Le Père engendre Son Fils dans l âme de l’Homme et s’y incarne, en ce sens il est le chemin du retour vers Dieu. (voir Maitre Eckart qui exprime bien mieux que moi cela).

      la crèche, l’étable est, il me semble, à l’intérieur de chaque Homme, dans le fond de l’âme (comme dit si joliment Eckart), Jésus y nait, y grandit s’occupant des affaires de Son Père, Il grandit en stature faisant seulement ce qu’Il voit Son Père faire…

      • Paddy

        Maître Eckhart, une superbe référence, pas complètement compris à son époque et pas tellement mieux maintenant.

  14. Ce blog est une bénédiction pour moi.Merci Patrick j’écoute beaucoup tes enseignements et laisse moi te dire que depuis le temps sa a fait un coup d’marteau dans ma vie.Je viens de découvrir ce blog mais ces enseignements je les écoutes sur YouTube j’ai commencé par écouter la voix de Cain et celle d’Abel sur Radio et ça a bousculé ma vie je tiens à dire merci à Dieu pour le travail qu’il fait en toi.

    • Paddy

      Merci, ça fait toujours plaisir de savoir que des gens soient touchés et bénis par les messages.

  15. Amen

  16. Fredix

    Je suis heureux de ton zèle, de la profondeur de ta relation à Dieu…et de la « démystification » si j’ose l’appeler comme cela, quant au chemin vers une véritable relation à Dieu, simple sans être simpliste.
    Tu fais partie des rares personnes qui ont eu la merveilleuse chance d’entrer en relation plus que directe avec le Seigneur. Ta relation intérieure (de retour parmi nous), n’a pu que s’intensifier.
    Ma tristesse est de voir tellement de chrétiens, dont moi, persévérer, patienter, prier, pour ne voir, ressentir, recevoir ne serait-ce qu’une once de la présence de Christ en nous, pour que notre foi soit solide, durable, constante, malgré les combats qui se dressent devant nous.
    Cette absence produit chez beaucoup (la majorité?) à exagérer le vécu (limite du mensonge) pour se persuader de la présence de Dieu. Aujourd’hui, les sciences nous éclaire sur des réalités (je ne développe pas volontairement, mais je ne citerai que Stephen Hawking, ceux qui connaissent comprendront) qui ne permettent plus aux chrétiens de raconter n’importe quoi. Cela suppose que notre relation à Dieu soit « réellement réelle » et que lui-même se révèle de manière encore plus tangible, palpable. Parfois, j’ai l’impression que des personnes comme toi se délectent à la table du Roi et que des gens, nombreux, comme moi, à côté, meurent de faim…

    • Paddy

      Ton commentaire m’attriste dans le sens que oui, beaucoup rament et meurent de faim. Ma vocation principale est de montrer le chemin de la table. Par écrit c’est pratiquement impossible, raison pour laquelle j’en m’y emplois autrement, au travers des séminaires avec ateliers pratiques.
      Maintenant je veux en profiter pour éclaircir un point. Dans plus de 95 % de mes temps d’interiorité Je ne vis absolument rien, il ne faut pas confondre signes, manifestations de sa présence et conscience de sa présence. C’est dans la conscience de sa présence dans mon quotidien qu’il y a eu un énorme progrès, pas dans signes ou ressentis. Attention de ne pas idéaliser la relation à Dieu. Je vis la même réalité que tout le monde, des défis semblables, mais juste avec la conscience de sa présence.

      • Fredix

        Merci pour cette précision, et loin de moi l’idée d’idéaliser une situation. Pour être cru, je ne me fais aucune illusion ni sur moi, ni sur toi, ou qui que ce soit d’autre. Je dirai même que fondamentalement, nous sommes tous pourris jusqu’au trognon. Cela dit,a contrario, mon espérance est en Christ. Je crois qu’en laissant Christ vivre en nous, il nous tire de notre misère (pas dans le sens d’apitoiement) et à vivre la plénitude de sa présence.
        Je dis juste que ce que tu as vécu le facilite, c’est pas rien que de dialoguer face à face avec Christ, personne ne peut en revenir indemne!

        • maria

          Bonjour Fredix,

          Juste pour te dire que tu n’es pas le seul dans cette situation, parfois nous avons des moments de frustrations parce que nous ne vivons ou ne sentons pas « les choses ».Mais quelle chance d ‘avoir pu découvrir une autre façon de voir l’évangile, quelle chance par rapport à d’autres chrétiens embourbés dans la religiosité de s’être libérés de la culpabilité et du fardeau d’essayer d’être un bon chrétien !
          Nous avons tous des cheminements différents, pour Patrick il a été différent, mais il y a toujours une bonne raison aux événements et j’espère que ta frustration, tes questionnements comme nous en avons tous t’amèneront à la plénitude, aussi, c’est important, sois toi même.
          Sois pleinement béni

          • Fred

            J’ajouterai que Christ en nous, c’est l’amour en nous.
            Lui laisser prendre la place, pour qu’il exprime Son Amour dans son temple, notre corps. Un rayonnement, une huile qui se répand vers l’extérieur.
            nôtre amour est limité, imparfait, interressé la plupart du temps.
            Ce texte initie bien l’intériorité même si à cette époque le rideau du temple n’était pas encore déchiré.
            Sophonie 3(17)
            L’Eternel, ton Dieu, est au milieu de toi, comme un héros qui sauve; Il fera de toi sa plus grande joie; Il gardera le silence dans son amour; Il aura pour toi des transports d’allégresse.

  17. Seb

    Mr Fontaine, vous êtes un homme hérétique : vous qui avez écrit un livre sur la guérison divine en disant que Dieu veut toujours guérir les malades, je remercie Jésus de m’avoir sorti de tout ça car c’était une mauvaise nouvelle pour ceux ou celles qui ont marché dans la sanctification et qui sont morts dans leurs maladies; Dieu est souverain et ça, ça me permet de me focaliser sur le Ciel !!!
    Vous soutenez la doctrine pentecotiste et vous dites que tout les chrétiens doivent parler en langues : heureusement que Jésus m’a éclairé concernant le baptême du Saint-Esprit !!! En général, les pentecôtistes ne parlent pas tous en langues : c’est normal, ce n’est pas pour tout le monde !!! En plus, le parler en langues est le moindre des dons.

    • Paddy

      Sans vous manquez de respect, votre commentaire ne montre pas une focalisation sur le ciel.
      Beaucoup d’affirmations très légères, hérétique!? Pentecôtiste!?…
      Concernant le parler en langue, vous vous faites l’écho de ceux qui prétendent cette ineptie car le parler en langue est cité en dernier, dans ma même logique l’apocalypse est le moindre des livres, Jean le moindre des évangiles et le « tout est accompli » la moindre des paroles de Jésus car la dernière en croix.
      Concernant l’eclairage De Jésus, il faut le partager pour édifier tout le monde plutôt que d’écrire de vains commentaires.

  18. Seb

    Mr Fontaine, vous confirmez par votre réponse que vous êtes un apostat : même un enfant de 8 ans est capable de comprendre l’Evangile et je découvre que vous avez depuis longtemps dévié. Le pire : nier l’enlèvement et l’Antichrist. Faites aussi des séminaires gratuits. Renoncez à la dîme ! rectification : il n’y a pas au Ciel un quartier catholique. Et pourquoi pas un pape ? L’Apocalypse révèle Jésus et Il est l’alpha …. et l’oméga. C’est surtout ce livre que nous devons méditer !!!! Vous appréciez la musique punk : vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été informé de la nécessité d’abandonner ce style musical.
    Celui qui prophétise est plus grand que celui qui parle en langues, sauf quand il y a interprétation (1 Cor 14 v 5).

    • Paddy

      Que le Seigneur vous accorde sa grâce et sa lumière et qu’il Vous fasse sortir de vos ornières.
      Qu’il fasse tomber les écailles de vos yeux afin que vous puissiez enfin voir.
      Je suis désolé de constater que mon invitation à un commentaire de partage et d’édification sois sans réponse.
      Accusations et calomnies ne reflètent pas l’esprit de Christ.

  19. Dams

    Bonsoir Seb, vous confirmez par votre réponse un virus très symptomatique du pharisianisme latent qui juge, emprisonne, compartimente, tue par une lettre qui assomme et assoife, asservit l’esprit amené à être libre en chacun de nous.
    Le comble de l’aveuglément est d’accuser l’autre, des mêmes éléments qui vous accusent faute d’une interprétation biblique recontextualisée, traduite… Si vous aviez bien lu la bible, vous auriez remarqué premièrement que par ses meurtrissures, vous avez été guéri. Vous remarquerez que le temps utilisé n’est pas l’imparfait mais le passé composé impliquant une chose passé et révolu, indiscutable. Alors selon votre raisonnement, soit Dieu est menteur et nous n’avons pas été guéri soit il y a peut être autre chose à comprendre, à se saisir mais encore faut il se remettre en question et comprendre ce que signifie l’expression « le royaume de Dieu appartient au violent » impliquant de se saisir des bénédictions, des guérisons, de notre héritage avec violence, sans doute y a t’il un combat spirituel pour s’en saisir avec une telle violence. Mais encore faut il se débarrasser de toute tradition où encore Jésus dira « Par vos traditions, vous annulez la puissance de l’évangile… ». Il est certes plus facile de rendre Dieu responsable de la non guérison que de nous remettre en question nous même sur notre foi, sur l’héritage que nous n’avons peut être pas saisi que de comprendre ce que veut dire « tout est accompli ». Vous mélangez tout en prenant un verset par là sur l’ancien testament et un autre sur la nouvelle alliance et faites ainsi du vin avec du vieux et du nouveau et là encore la bible nous informe sur ce qui se passe en mélangeant le vieux vin avec le nouveau. Cela forme un coktail explosif niant toute grâce. Au lieu d’apporter la paix et l’amour, votre savoureux mélange apporte condamnation avec des mots forts et faux sur un homme que vous ne connaissez même pas, qui a dédié sa vie au seigneur qui a sacrifié beaucoup de choses par amour et au service de son Seigneur. Vous aimez certainement le seigneur mais vous parlez d’un Dieu extérieur aux écritures, confiné dans une lettre qui tue rappellera Paul. Penchez vous sur les traductions et les écritures à la lumière de tous les textes de la bible , sur le grec et l’hébreux avant de juger et vous y découvrirez un trésor. Vous me rappelez ces personnes qui disait que Dieu incitait à la tentation pour nous éprouver car la prière de notre père écrivait  » ne nous soumet pas à la tentation », jusqu’à ce que la nouvelle traduction traduise ne nous laisse pas être soumis à la tentation (forme passive, si longtemps négligé par les linguistes…). Aujourd’hui on ne les entend plus. Comme si Dieu était pervers et nous incitait à tomber; non cela est le jeu du diable et certainement pas de votre Père. Il en va de même pour la maladie possédant la racine « mal ». La mort n’est pas Dieu, Jésus est venu apporter la vie par sa vie et non la mort. La punition est tombé sur lui et non plus sur vous. Sinon vous refusez les écritures. L’hérésie, c’est justement de penser que Dieu est responsable de la maladie et de la mort. Vous condamnez le sacrifice de Jesus, sa grâce avec toutes ses souffrances que vous rendez inutiles en réduisant Dieu comme vous le faites à un verset par ici et par là. La bible trouve son essence dans l’ensemble des textes et des contextes où ils sont inspirés par Dieu. Oter cela et vous vous fabriquerez des vérités toute faites, des versets hors contextes, des dogmes figés, figeant l’homme au lieu de le libérer. Vos propos sont durs et fondés sur des faux éléments. Prenez les sources grecs et hébraïques, lisez les et traduisez les et ensuite vous échangerez, cela fera avancer les choses aussi bien pour Patrick que pour tous les autres. Que le Seigneur, oui vous ouvre les yeux. Quel manque d’amour de condamner sans savoir, comme des juges condamnant sans savoir et faisant ce qu’ils condamnent eux même mais c’est le principe de l’aveuglément. Les pharisiens faisaient la même chose lorsque Jesus leur parlait de pardon et de grâce, l’accusant même d’être possédé. Bref que le Seigneur vous révèle tout ce qui s’est passé à la Croix et quelle est vraiment la liberté et la grâce à laquelle vous êtes appelé. Liberté non figé par des dogmes, une lettre, des traditions, mais par un coeur changé illuminé d’amour, par esprit renouvelé tourné par une présence d’un Dieu qui nous est enfin accessible alors que nous ne méritons rien, ni vous, ni moi, personne.

    • Keller

      Monsieur Dams,

      zavez de la chance que votre commentaire soit publier, le mien attends depuis une semaine.

      Avant d’accabler Monsieur SEB, pensez à Schimeï qui a insulté David. Et David s’est opposé à ce que ses soldats l’extermine. Pensez à Paul qui a approuvé le meurtre d’Etienne avant que le Seigneur se révèle à lui sur la route de Damas. Pensez au Seigneur qui nous a prévenu dans Jean 16 : Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.

      • Paddy

        C’est normal que les vôtres ne soient pas publiés, il n’y a absolument rien d’édifiant, il y a plusieurs pseudos et email sous un même IP (ça rend la critique plus aisée). Toujours de la critique, du pseudo discernement, si vous n’aimez pas ce qui est partagé pourquoi venez-vous? je ne vais jamais dans un resto que je n’aime pas, je ne vais jamais au cinéma pour voir un film que je n’aime pas, idem pour un concert… à moins de se prendre pour un garde du corps de Dieu mais Dieu en aurait-il besoin?
        Donc, comme les messages venant de votre IP n’évoluent pas, « félicitations » vous venez d’être admis dans la blacklist, car la polémique sans fin n’entre pas dans les valeurs de ce blog qui je le rappelle n’est pas un forum.

        • Keller

          y plusieurs personnes qui utilisent ma machine c’est un problème ?

          • Paddy

            13 personnes (rien que sur mes deux sites)? avec le même état d’esprit, le même style d’écriture, faisant les même fautes, utilisant la même machine? Permettez-moi d’en douter. Ce phénomène se vérifie sur d’autres sites, des personnes qui font la leçon, qui critiquent derrière plusieurs pseudos, c’est pathologique, aucune leçon de vérité, d’authenticité et de vie chrétienne à recevoir de ce type de personnes cachées dans l’ombre.

  20. Bérangère

    Bonjour Patrick,
    Tout d’abord : merci. Merci pour votre quête et cette envie de chercher, creuser, avancer sans cesse. Je vous ai vu « en vrai » il y a bien des années, alors que vous visitiez l’assemblée de laquelle je faisais partie. Depuis quelques années, je dois avouer que ces systèmes d’églises avec chacune à sa tête un pasteur tout omniscient me laissaient comme incomplète. Je ne vais pas expliquer plus de vingt ans de cheminement ici ceci dit. J’expérimente l’intériorité, j’aime ce silence qui aide la conscience intérieure à s’éveiller, même s’il ne se passe rien. C’est dans ces moments que je me sens vraiment en vie, en vraie vie, et généralement, je n’ai pas des masses envie d’en sortir… Merci pour votre travail, et le partage qui s’ensuit.

    • Paddy

      Merci Bérangère
      « C’est dans ces moments que je me sens vraiment en vie, en vraie vie… » sont des paroles de quelqu’un qui y a goûté donc même ADN spi :)

    • maria

      Bonjour Bérangère,

      Merci pour ton petit témoignage, je me reconnais dans tes propos, j’ai coupé depuis plusieurs années le « cordon ombilical religieux » qui me rattachait à l’église et je ne m’en porte pas plus mal, j’ai tous les jours mon petit moment personnel et ça commence à bouger à l’intérieur ! Je me joins à toi pour remercier Patrick que je suis dans l’ombre depuis très longtemps.
      Merci Patrick pour tout ce que tu entreprends et nous fais partager, les religieux n’auront pas le dernier mot…

      • Paddy

        Merci Maria, pour l’instant on pourrait penser qu’on ressemble aux ossements secs comme dans la vallée d’Ezechiel, chacun de son côté, mais en fait nous sommes très nombreux.

  21. Bonjour,
    Il ne faudrait pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Le problème n’est pas l’église locale et le pasteur. On retrouve des systèmes encore plus religieux dans des églises de maisons sans « pasteur ». Je crois dans les assemblées avec leurs pasteurs. Aucune n’est parfaite, certaine sont pires, d’autres sont très bonnes dans l’enseignement. Ce que je crois aujourd’hui et qu’il faut faire (re)découvrir l’intériorité comme base du disculpât au sein des assemblées. C’est ainsi que nous aurons des assemblées pour porteront du fruits. La communion fraternelle ne doit pas se limiter à partager les mêmes « opinions » sur internet mais se concrétiser en relations réelles. Il faut reconstruire les assemblées locales pas les lâcher et les lyncher (même si certaines peuvent le mériter). L’intériorité N’est pas un but à atteindre mais au contraire la graine qui portera le fruit pour tous.

    • Paddy

      C’est un point de vue qu’il faut respecter, et complètement d’accord pour ce qui qui concerne certains groupes de maison sans pasteur.
      Pour ma part, concernant ce type d’église tel pratiqué ou pensé aujourd’hui je n’y crois plus. Tu abordes un thème plus qu’intéressant. Inclure l’intériorité dans l’état, perturberait le fonctionnement pyramidale qui veut rendre ses ministères/intermédiaires indispensables. Des cultes personnels basés sur la prière et la lecture de la Bible passent encore mais rencontrer Dieu en soi poserait, il me semble, un problème dans la plupart des assemblées actuelles.
      Avec ce type de piété, d’autres relations, d’autres « structures » s’imposent (et j’ai hâte de les voir émerger) car ce serait comme vouloir faire entrer du vin nouveau dans des vieilles outres. Désolé pour ce qui peut paraître du pessimisme, j’espère me tromper ça serait ne bonne surprise.

    • maria

      bonjour Ludz,

      Redécouvrir l’intériorité au sein des assemblées pour moi je pense que c’est un grand challenge voire utopique. Outre la relation fraternelle que j’ai avec d’autres chretiens malgré ma divergence spirituelle, je préfère deloin celle que j’ai avec des athées car ma petite lumière intérieure peut leur être bénéfique et les amener à des questionnements.Evidemment cela demande à sortir de sa zone de confort.

      • Bonjour Maria.

        J’ai aujourd’hui la chance d’être dans une assemblée très récente qui regroupe plus arrières plan ( on a même un prêtre catholique qui vient de temps en temps).

        J’ai plutôt bonne espoirs au sein de mon assemblée. Mais oui, j’imagine que dans d’autres assemblées qui prechent l’enlèvement imminent (lol) ce doit être plus compliquée.

        Je te rejoints malheureusement sur les relations avec les athées souvent plus riches qu’avec les frères et sœurs.

  22. Dams

    Patrick, je ne sais si tu pourras répondre. Mais la question que je me pose c’est pour quelle raison Dieu reste t il silencieux sur l’approche des églises évangéliques sans rien leur dire. Au contraire on voit des témoignages puissants où Dieu intervient pour aller évangéliser et donne même des propheties sans dire que les assemblées actuelles sont dans l’erreur. Pourquoi ne dit il rien ?

    • Paddy

      Je ne peux répondre que par quelques questions:
      Dieu reste-t-il silencieux où l’homme choisit-t-il de ne pas entendre?
      Les signes miraculeux sont-ils pour attester les choix des assemblées ou attester de son amour envers l’homme?
      En quoi notre évangile est-il une bonne nouvelle?
      Est-ce vraiment Dieu qui parle au travers de ces prophéties?
      Si oui, est-ce que l’homme est prêt à entendre ce que Dieu veut lui dire, quelqu’en soit le prix?
      Les assemblées actuelles ont-elles le monopole de la relation avec Dieu et de la représentation de son plan sur terre? Est-ce l’Eglise que jésus bâtit?
      La vérité n’est jamais menacée par des questions et ne craint pas d’être éprouvée.

  23. Dams

    je ne sais pas Patrick, tout ce que je sais c’est que je suis perdu. La seule chose que je sais c’est que j’ai foi en Christ. Après, je ne sais plus rien, je suis un aveugle assoiffé qui tâtonne sur des sentiers dont je ne vois aucun horizon pour l’instant. Seule assurance, j’aime profondément mon Père et la vie chrétienne que l’on me propose ne porte pas beaucoup de fruit. 2 solutions, je suis instable et tordu ou il y a bien plus à comprendre… Tout est tellement difficile à démêler entre des messages soit disant de Dieu qui semble pourtant fonctionner et porter du fruit et la Vérité. Je lui demande de me parler comme lorsque j’étais enfant où j’entendais audiblement parfois sa voix. Mais là impossible de l’entendre comme avant… Je ne sais pourquoi… des tas de théories… péchés qui me séparent de Christ… bref l’exigence semble trop haute à atteindre… et pourtant si tu savais comme j’aime mon Père et combien j’ai enduré de souffrance en continuant à l’aimer… Bref… c’est cool pour toi d’avoir cette porte devant toi. Nous parfois j’ai l’impression qu’on crève la bouche ouverte dans ces églises humaines, assoifés de vérité, en entendant toujours le même discours. La bible est quand même loin d’être simple à bien comprendre, on peut vite tout sous entendre parfois et du coup plus rien comprendre

  24. Fred

    Bonjour, je lis tous ces commentaires et je dois dire que je me sens assez proche de Dams, de ses doutes.
    Je crois en réalité qu’il y a deux manières de vivre et d’aborder l’intériorité.
    L’une qui amène la personne à s’asseoir, respirer , se concentrer, prendre un temps chaque journée pour être synchrone, connecté à Jésus en pensée,dans un but ou pas de « fusion » a la manière de certains mystiques catholiques par exemple .Un travail.
    L’autre qui est plus « soumise » , dépendante ,instable même , dans le sens de la grâce pure du Seigneur à notre égard, . Conscience de Jésus en sois , mais sans travail.
    J’avoue éprouver une lassitude par rapport à l’intériorité, l’assise.je le vis comme une contrainte..
    Ça me rappelle bcp le zen quand même ,que j’ai pratiqué quelques années dans le passé. La prière, concrète, pour des choses concrètes et des personnes concrètes semble s’envoler.
    Nous avons un ami commun Patrick, Walter vapiani.
    Il m’a bcp aidé fin janvier 2013… J’ai un parcours assez proche de lui. Et c’est vrai que je suis dubitatif quand à la conversion des personnes dites dans le  » spirituel », notamment celles que je vois sur le site terre d’amour.
    Ma conversion et celle de Walter a été radicale, du jour au lendemain, on a tout lâché, tout brûlé, littéralement…un feu dévorant. Les pratiques spirituelles que j’avais me dégoûtaient , littéralement aussi…ça me donnait la nausée.
    l’esprit Saint en moi agissait comme un repoussoir.Je me rappelle avoir été dans une dépendance, aux pieds de Jésus et je dois dire que maintenant ça me rassure.je n’ai plus soif.
    Dieu agit comme un éducateur, il nous redresse petit à petit, il nous façonne.
    Comme le disait une autre personne dans un commentaire,  » on est pourri jusqu’au trognon », c’est à peine exagéré. Le fil du rasoir est là. Soit tu te « connecte » malgré ta « déchéance perpétuelle » qui certes est censée diminuer avec le temps ( le péché ), une sorte de lavage permanent du simple faite de ta  » connection », soit tu es aux pieds du seigneur et tu rentre dans sa grâce après ta « repentance » verbale.
    J’ai bien conscience que ce mot est presque un gros mot pour certains.ainsi que le mot soumission.
    on pourrait dire que l’intériorité peut être à elle seule, la repentance, l’amour, la soumission etc par le simple faite de se dire: je suis connecté à Jésus et ça suffit…J’essaye de me projeter par rapport à la relation d’un parent avec son enfant. Sommes nous dans quelque chose de figé avec nos enfants ? Connectés ?
    Henoq, Noé marchaient avec Dieu, ils étaient en mouvement et cela plu à Dieu.
    Honnêtement, après une bonne période de pratique et d’analyse , j’ai décidé de rester en demande par rapport à Jésus et pas forcément connecté à lui, à son amour.
    Je préfère qu’il me fasses des surprises et être complètement dépendant , défaillant et soumis à lui. Peut-être comme ce que l’on appelle un religieux, mais franchement je ne me perçois pas comme ça. Plutôt comme un grain de folie ! Pécheur et même instable par moment, mais dans sa grâce , jusqu’à ce qu’il décide de retrancher, de couper les branches mortes en moi. J’ai peur de tomber dans une spiritualité »chrétienne » un peu « shamallow », contemporaine.
    Quels personnages bibliques n’ont pas été dans la tourmente? Dans la lutte pr lui, pour sa seule gloire ? La recherche de la paix, oui, mais avec Dieu ça ne dure jamais bien longtemps..
    Je respecte l’intériorité telle que vous l’abordez, mais je ne suis pas sûre qu’elle soit faites pour moi avec le recul.
    Les églises locales, les groupes de maisons ou les électrons libres? Dieu reconnaitra
    Les siens indépendamment, à leur zèle pour annoncer la croix, leur amour, leur bonne odeur et leur pratique. Je peux tt a fait comprendre qu’une personne pratiquant le reiki ou ttes autres formes de pratiques spirituelles soient attirées par votre enseignement, cela fait parti de leur ADN. Votre diagnostic un excellent , concernant le Burnout de bon nombre de chrétiens. Le zèle amer y est pour bcp, un véritable fléau.
    Soyez bénis dans la grâce et la miséricorde du Messie yeshoua ben Youssef.

  25. Bonjour Patrick,
    Je ne suis pas certain de pouvoir suivre un jour une semaine de découverte de pratique de l’hesychasme.
    A travers ton blog et Google je m’intéresse au sujet, mais il n’y a pas grand chose. J’ai découvert ce livret de 1955 qui traite la question du yoga et de l’hesychasme (mais il est très comptemporain tant les questions traitées sont toujours d’actualité). http://www.ifpindia.org/sites/default/files/bookstore/remarks-pdf/PIFI_004.pdf
    . J’ai aussi vu un livre de Jean Yves Leloup et un site de Gérard Fomerand. Connais tu des ressources sur l’hesychasme? En fil de mes recherches j’ai aussi découvert les Esseniens…
    Merci d’avance pour ton aide.

    • Paddy

      Bonjour, merci pour le lien très intéressant.
      Concernant des ressources d’autres mots clés peuvent être utilisés pour tes recherches tels que : oraison, intériorité et vie intérieure.
      C’est dur de conseiller des ouvrages spécifiquement, je crois qu’en tout, il faut examiner toutes choses et retenir ce qui est bon.

  26. Valéry

    LA SECONDE NAISSANCE
    Jean 3.3-8
    Jésus lui répondit: En vérité, en vérité je te le dis, si un homme ne naît de nouveau il ne peut voir le royaume de Dieu. Nicodème lui dit: Comment un homme peut-il naître quand il est vieux? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître? Jésus lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit: il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi de quiconque est né de l’Esprit. (Jn 3.3-8). De tous les sermons et les tracts écrits sur le texte «Il faut que vous naissiez de nouveau», combien ont expliqué ce que «l’eau» vient y faire – ou l’ont même seulement mentionnée? Une phobie de la bête noire de la «régénération baptismale» a conduit à une conspiration évangélique du silence sur le sujet, dépouillant la nouvelle naissance de toute relation avec l’acte physique. Nicodème n’a pas été le dernier à comprendre de travers l’enseignement de Jésus, et beaucoup restent comme lui dans «l’obscurité», aussi bien physiquement que spirituellement! La grande majorité des commentateurs (y compris les Pères de l’Eglise, les catholiques, les réformateurs protestants, les puritains britanniques et la plupart des spécialistes modernes) acceptent que le verset 5 est un développement du verset 3, énonçant la nouvelle naissance plus en détail. On rencontre des divisions sur la question de savoir si le mot grec anothen signifie «à nouveau» ou «d’en-haut». Ce qui va en faveur de la dernière interprétation est la référence «céleste» de l’expression «né de Dieu» (en Jn 1.13). Que Jésus fasse appel à un événement divin plutôt qu’humain est évident; il met en contraste une naissance surnaturelle et une naissance naturelle (v. 6). Nicodème lui-même a compris «à nouveau» (v. 4) et s’est trompé en la voyant comme une simple répétition de la première naissance. Ailleurs, dans l’évangile de Jean, le mot signifie clairement «en-haut» (voir 3.31; 19.11, 23); et il vaut la peine de garder à l’esprit que si Jésus parlait à ce moment-là en Araméen, cette langue ne possédait pas d’adverbe «à nouveau». Certains traducteurs, comme William Barclay, se couvrent et traduisent l’expression «né de nouveau d’en-haut»! Quelle que soit la manière de traduire, cela fait peu de différence pour le sens principal de la déclaration de Jésus au verset 5, qui corrige la notion erronée de Nicodème selon laquelle la seconde naissance serait identique à la première, en spécifiant à quel point la seconde serait différente. Contrairement à la naissance de la chair, celle-ci serait «d’ [grec: ek – littéralement «à partir de»] eau et d’Esprit». C’est là que commencent les difficultés d’interprétation! Il y a grosso modo trois façons possibles de comprendre l’expression rendue par «d’eau et d’Esprit» dans la version Segond:
    1. Deux naissances, une physique et une spirituelle;
    2. Une naissance, purement spirituelle;
    3. Une naissance, ayant les deux aspects physique et spirituel.
    Nous allons étudier chacune de celles-ci en détail.
    UNE NAISSANCE PHYSIQUE ET UNE NAISSANCE SPIRITUELLE
    En bref, avec cette interprétation, le parallélisme du verset 6, en termes de contraste entre «chair» et «Esprit», est interprété en revenant au verset 5, et l’aspect physique de la naissance, dans le verset 4, est interprété en présumant du verset 5 qui suit. Nicodème supposait à tort qu’un homme devait avoir deux naissances physiques, et Jésus le corrige en disant qu’un homme a besoin d’une naissance physique («d’eau») et d’une naissance spirituelle («d’Esprit»). «Eau» serait donc synonyme de «chair» et devrait, d’une manière ou d’une autre, faire référence à la «rupture de la poche des eaux» qui précède la naissance physique (voir, par exemple, la note de bas de page de Kenneth Taylor dans sa paraphrase biblique Le Livre). Les difficultés suivantes accompagnent ce point de vue: Premièrement, il n’y a aucune preuve que «né d’eau» ait jamais été employé dans le monde antique pour parler de la naissance physique. On trouve occasionnellement des références à la semence de l’homme comme étant de l’«eau» (ou «rosée» ou «pluie»), mais ceci aurait plutôt rapport à la conception qu’à la naissance, et il n’y a aucun lien connu avec les mots «né de». Deuxièmement, il aurait été beaucoup plus simple pour Jésus de dire «né de chair et d’Esprit», si c’est bien ce qu’il voulait dire. Pourquoi embrouiller davantage Nicodème en introduisant le mot «eau» à ce moment-là? Troisièmement, comprise ainsi, la première partie de la déclaration de Jésus devient un peu une lapalissade! «Un homme ne peut entrer dans le royaume, à moins de naître physiquement…» ne paraît guère être une précision utile! Par définition, «un homme» est déjà quelqu’un qui est né. Et la position emphatique de la locution adverbiale «si…ne» ou «à moins de» qualifie toute la phrase en mettant en lumière le critère vital pour entrer. Quatrièmement, «l’eau» peut accompagner la naissance physique, mais elle ne la provoque pas. L’application de la seule préposition (ek = «hors de») aux deux mots (eau et Esprit) signifie que cette naissance est dans la même relation cause/effet, moyen/fin, avec les deux. Elle ne peut être accompagnée par l’un et causée par l’autre. Il n’y aurait alors aucun parallèle entre la naissance «hors de» l’eau et la naissance «hors de» l’Esprit. Cinquièmement, la grammaire laisse entendre une naissance et non deux. Jésus ne dit pas: «né d’eau et né d’Esprit» ni même «né d’eau et de l’Esprit», mais «né d’eau et d’Esprit» (ce qui, pratiquement, fait des deux une cause «en tandem» de la naissance). Sixièmement, il est fort peu probable que Nicodème ait compris l’«eau» comme une référence à sa première naissance (physique). Pour ces six raisons, nous devons rejeter cette interprétation.
    UNE NAISSANCE PUREMENT SPIRITUELLE
    Alors que la première façon de voir traitait comme synonymes «eau» et «chair», cette deuxième approche traite comme synonymes «eau» et «Esprit». L’expression «ce qui est né de l’Esprit est esprit» au verset 6 est prise comme l’équivalent complet de «eau et Esprit» au verset 5. Pour étayer cette thèse, on souligne que Jean emploie souvent «eau» comme une métaphore de réalités spirituelles, non physiques, et en particulier de l’Esprit (par ex. Jn 4.14; 7.38). Ceci s’accorde à l’usage de l’Ancien Testament (par ex. en Ez 36.25, où «l’eau pure» apporte au cœur une purification intérieure). A première vue, le problème est ainsi résolu de façon nette et précise, – mais un examen plus attentif révèle qu’il s’agit d’une solution trop simple, qui n’explique pas les points suivants: Premièrement, le mot «eau» semble une addition superflue s’il est synonyme d’«esprit». Pourquoi faire une double déclaration, dans un langage indirect et dans un langage direct? «Né d’esprit [i.e. «eau»] et d’Esprit» ne sonne pas comme une remarque émanant du plus grand enseignant de tous les temps! Deuxièmement, le mot «eau» chez Jean signifie toujours l’eau physique (H20!). C’est ce qu’il signifie tout au long de ces premiers chapitres et même plus loin dans ce même chapitre (1.26, 33; 2.7; 3.23). Dans quelques passages ultérieurs où ce mot est employé comme métaphore de l’Esprit Saint, il est invariablement qualifié par un adjectif supplémentaire (par ex. «vive») ou une expression (par ex. «que je lui donnerai») ou même par un nom (par ex. «source» ou «fleuves») – jamais il n’y a «eau» tout seul. Troisièmement, il est extrêmement douteux que Nicodème, à qui la déclaration s’adressait directement, l’ait vue comme une métaphore de l’Esprit Saint. Il aurait été encore plus troublé si Jésus était presque immédiatement passé à la métaphore du «vent» pour l’aider à comprendre! «Si un homme ne naît d’eau et de vent…»! Ainsi, pour ces trois raisons, cette interprétation doit aussi être écartée.
    UNE NAISSANCE AVEC DES ASPECTS
    PHYSIQUES ET SPIRITUELS Selon cette interprétation, Jésus est en train de dire à Nicodème qu’il a besoin de connaître une transformation, dont les intermédiaires seront des canaux à la fois physique et spirituel – la deuxième naissance est donc un événement aux dimensions à la fois physique et spirituelle. «Eau» parle de l’acte physique d’être baptisé, mais celui-ci ne peut de lui-même ni par lui seul provoquer la nouvelle naissance s’il n’est accompagné de l’activité divine de l’Esprit Saint. Nous pouvons citer les considérations suivantes en faveur de cette compréhension. Premièrement, c’est un principe sain d’étude biblique que de prendre les Ecritures dans leur sens le plus simple, à moins qu’il n’y ait de bonnes raisons d’agir autrement. Dans le cas présent, «eau» est supposé signifier «eau» et «esprit» signifier «esprit»! Deuxièmement, cela rend justice à la grammaire, pour qui les deux noms sont contrôlés par le même verbe et la même préposition. La juxtaposition de «eau-et-esprit» est considérée comme un fondement double pour un seul événement. Troisièmement, il était presque certain que Nicodème comprendrait «eau» dans l’acception de la purification rituelle, parce qu’il était versé tant dans les promesses prophétiques que dans les pratiques pharisaïques. En outre, le contexte de la conversation n’était pas seulement celui du ministère miraculeux de Jésus, mais aussi celui du ministère de Jean, prêchant un baptême en vue de la repentance (1.19-28; 3.22-26). Nous savons que les pharisiens refusaient et se voyaient refuser ce baptême (Mt 3.7; Le 7.30). Il est même possible que la remarque par laquelle Nicodème ouvre la conversation (Jn 3.2) soit une allusion à Jean, puisque Jean ne faisait pas de miracles (Jn 10.41). Il est également possible que dans la réponse de Jésus il y ait un léger reproche pour la flatterie de Nicodème, par l’emploi du mot «eau», puisque les pharisiens, dont Nicodème faisait partie, étaient parfaitement conscients de ce que Jésus baptisait aussi à cette époque-là (Jn 4.1). Jésus n’est-il pas en train de dire à Nicodème qu’il ne peut avoir le secret d’un ministère puissant tout en refusant de se soumettre au baptême, celui de Jean ou le sien? Quatrièmement, la conjugaison d’«eau» et d’«esprit» est déjà un thème courant des quatre évangiles, puisque Jean prêchait deux baptêmes, l’un d’eau et l’autre d’Esprit (Mt 3.11; Mc 1.8; Le 3.16; Jn 1.33). Il y a trop de coïncidences pour croire que Jean 3 n’a rien à voir avec le lien existant entre les deux baptêmes. Cinquièmement, cette interprétation s’accorde tout à fait avec le langage instrumental employé par les auteurs du Nouveau Testament au sujet du baptême d’eau (voir chapitre 4). Ils croyaient de toute évidence que le baptême «accomplit ce qu’il symbolise» et qu’il est tout autant un acte de Dieu qu’un acte de l’homme. Jean 3.5 possède un parallèle remarquable avec Tite 3.5 – «né d’eau» et «bain de la régénération» ne sont pas si différents que cela. Sixièmement, la grande majorité des biblistes de tous les temps, tant catholiques que protestants, ont pris «eau» pour une référence claire au baptême. Les raisons habituelles du rejet de cette ligne d’interprétation ne sont pas internes et d’ordre textuel; elles sont, au contraire, externes et théologiques. D’une part, on trouve la séparation chronique du physique et du spirituel dans le monde occidental, qui doit plus à Platon qu’à l’enseignement biblique. D’autre part, on trouve la phobie évangélique concernant la «régénération baptismale», qui aveugle beaucoup d’yeux sur la signification claire des paroles de notre Seigneur. Ceux qui considèrent les sacrements à la façon de Zwingli (comme de purs symboles) hésitent à attribuer des effets spirituels à des actes physiques – en dépit des conséquences désastreuses après qu’Adam et Eve eurent mangé du fruit de l’arbre de la connaissance (Gn 2.17), ou de celles que peut entraîner le fait de manger le pain et le vin de la sainte cène indignement (1 Co 11.29-30). Je suis moi-même chagriné par le point de vue qui veut qu’une personne puisse être «née de nouveau» en naissant d’eau seulement (pourvu que la bonne personne emploie les bons termes!). Ce point de vue est particulièrement choquant quand il est affirmé pour des bébés, qui sont totalement incapables d’avoir une quelconque réponse de repentance ou de foi. Mais dans le cas où l’«eau» se réfère au baptême d’une personne qui se repent vraiment et qui croit, alors c’est une toute autre affaire, fort éloignée de la notion superstitieuse et magique de ce qui a été traditionnellement compris par «régénération baptismale». En outre, l’étroite relation établie par Jésus entre «eau» et «esprit» garantit que personne ne peut prétendre que la nouvelle naissance ait jamais pu se faire par l’eau seulement. Sans la contribution vitale de l’Esprit, il ne pourrait y avoir de nouvelle naissance. Ceci nous amène à notre dernière question: Quelle est la signification exacte du mot «esprit» dans ce contexte? Les lecteurs attentifs auront remarqué qu’en suivant de près la traduction de la Bible à la Colombe, nous avons employé «Esprit» dans les citations directes du texte de Jn 3.3-8, mais choisi «esprit» lorsque nous traitions des interprétations contestées d’«eau» et d’«esprit». Ce dernier choix souligne le fait que le verset 5 ne comporte pas l’article défini. Ce qui signifie que «né d’…esprit» (v. 5) pourrait donc ne pas être la même chose que «né de l’Esprit» du verset 6 (quoique, dans le verset 6 aussi, l’article manque dans certains des manuscrits les plus anciens); cependant, la traduction indique clairement la décision prise, sur ce sujet, par le traducteur dans son interprétation. Tandis que l’«eau» est généralement considérée comme une référence au baptême, l’«esprit» est en général admis comme faisant référence à l’activité de l’Esprit Saint pendant l’administration du sacrement même. Pendant qu’un agent humain applique le «vecteur» de l’eau, l’agent divin (l’Esprit Saint) saisit l’occasion pour accomplir l’œuvre intérieure et spirituelle. Assurément, nous pouvons acquiescer au fait que, sans cette activité de l’Esprit Saint, l’événement physique ne pourrait avoir aucun effet spirituel, car ni l’agent humain ni le vecteur matériel n’ont la puissance de l’accomplir. Mais rendons-nous ainsi pleine justice aux traits grammaticaux inhabituels de la déclaration de Jésus? Ces traits, comme nous l’avons noté précédemment, sont l’absence de l’article défini et le fait frappant que «eau» et «esprit» sont gouvernés par la même préposition (ek = «hors de»), ce qui laisse entendre qu’ils ont le même lien avec la nouvelle naissance (tandis que le point de vue que nous venons de considérer fait de l’«eau» le vecteur et de l’«Esprit» l’agent). Les difficultés disparaissent complètement si «eau et esprit» est considéré comme une référence aux baptême d’eau et baptême d’Esprit, les deux étant étroitement liés, mais jamais tout à fait confondus dans l’enseignement néo-testamentaire. Les considérations suivantes vont dans le même sens. Premièrement, comme nous l’avons remarqué, «eau» et «Esprit» ont déjà été liés dans la prédication de Jean, quand il se référait à ces deux «baptêmes» – l’un son œuvre, l’autre celle du Messie. Nicodème devait être bien au courant de la prédication de Jean; c’était un observateur ardent de tous les ministères inhabituels! Deuxièmement, la préposition commune et sa signification inhabituelle prennent maintenant tout leur sens. Même la naissance physique vient «hors d’» une condition préalable «dans le sein de la mère» (c’est l’argument même que soulève Nicodème au verset 4 – qu’il est impossible de retourner «dans» cet état, de façon à sortir «hors de» à nouveau!). Jésus dit que cette deuxième naissance n’est pas «hors du» sein mais hors de «l’eau et l’esprit». Ceux qui sont baptisés «dans» l’eau et «dans» l’Esprit sortent «hors de» cette double expérience pour entrer dans la vie nouvelle. «Eau» et «Esprit» sont tous deux les vecteurs dans lesquels cette naissance se place (voir chapitre 23 sur 1 Co 12.13). Troisièmement, l’absence de l’article défini indique une expérience subjective de la puissance de l’Esprit Saint; sa présence attire l’attention sur l’existence objective de la personne de l’Esprit Saint (voir Appendice 2 pour un traitement plus complet de ce point négligé). L’expression «baptisé dans l’Esprit Saint» ne comporte jamais l’article défini; l’accent est placé sur ce que vit la personne qui reçoit ce don. Dans le baptême d’eau, le candidat n’est guère conscient de l’œuvre intérieure de l’Esprit dans le sacrement; alors que, dans le baptême de l’Esprit, cette conscience est le trait central, à la fois pour le candidat et pour les autres personnes présentes. Dans sa conversation avec Nicodème, Jésus met en relief cette conscience de l’activité de l’Esprit – semblable au fait de sentir le souffle du vent sur le visage et d’en entendre le bruit, déclaration impossible à dissocier de la Pentecôte, quand ils furent tous «baptisés dans l’Esprit Saint». Quand une personne est «née de l’Esprit» l’événement peut être invisible, mais il ne sera pas inaudible! Notons en passant que Jésus répondait aussi à la première question demandant comment un enseignant peut produire des œuvres aussi bien que des paroles. Jésus lui-même n’avait pas pu le faire avant d’être baptisé dans l’eau et de recevoir l’Esprit. De telles œuvres sont aussi des signes du royaume de Dieu (Mt 12.28). Le moment est venu de résumer nos découvertes. Etre né de nouveau, c’est être né d’eau et d’Esprit, ce qui veut dire être «baptisé dans l’eau et dans l’Esprit» et sortir «hors des» deux pour vivre une vie nouvelle en Christ par son Esprit. La même vérité est énoncée en d’autres termes par l’apôtre Paul, quand il dit que nous sommes «sauvés…par [encore une fois, une préposition unique pour les deux choses] le bain de la nouvelle naissance et de la rénovation que produit l’Esprit Saint…répandu sur nous avec abondance» (Tt 3.5-6 TOB – voir chapitre 26). Ainsi, baptême d’eau et baptême d’Esprit ne font pas seulement partie de l’initiation; ils sont la base même de la régénération et du salut!
    Pawson, David. La Naissance Normale du Chrétien: Pour un bon départ dans la vie avec Dieu (French Edition) . Anchor Recordings.

    • Paddy

      Merci pour cet extrait.
      Je n’arriverai pas complètement aux mêmes conclusions à moins de mieux définir ces questions de baptêmes (à moins que ce soit définis dans le reste de l’ouvrage).
      Qu’entends-t-on par baptême de l’Esprit, that’s is THE question!
      A noter que je n’ouvre pas ici un débat théologique sur le baptême dans l’Esprit, prière à tous de garder ses « munitions ».

  27. Bonjour Patrick,
    J’ai écouter une de tes vidéos sur terres d’amour. Tu dis quelques choses qui m’a beaucoup parlé. Seuls ceux qui ont une soif insatiable, une insatisfaction peuvent arriver à se connecter à Dieu en eux. De l’autre côté, qu’en est il de tous les autres chrétiens qui ont vie de prières « classique », qui jeunes, qui enseigne même un christ et un Dieu intérieur mais qui n’ont jamais connu ou du moins entendu parler de l’interiorite, de l’hesychasme etc. Ils ont bien rencontré Dieu? Ou, ce que je comprendrai, la prière classique, le jeune tout comme l’eglise, la communion fraternelle sont de l’extériorité? On pourrait donc vivre avec Dieu, avoir des visions, des songes etc etc meme une relation intime avec lui mais extérieure? J’ai trop plein de question . Je vois pleins de chrétiens vivre de choses avec Dieu, parler de son amour etc moi j’ai l’impression d’etre Un extra terrestre à côté, étranger a cela. Pourtant j’ai reçu de sacrées paroles prophétiques, des visions de fou mais bon … j’ai toujours un peu de mal à chanter « la joie du seigneur » en levant les mains. En fait si j’ai commencer à te « suivre » sur ton blog et par le biais de connaissances communes c’est ce que tu as dis dans une vidéo: tu disais recevoir pleins de paroles sur ta vie, mais que rien ne se passait et que ça te faisais mal. Et même avec ton ministère de guérison tu avais l’impression de n’avoir été « qu’aspergé » du St Esprit. Je trimballe cette insatisfaction et de l’autre je vois des frères et sœurs pleinement satisfaits dans connaître l’intériorité. Désolé pour ce long monologue … il reste des places pour la sessions d’octobre à cap hsychia?

    • Paddy

      Comme je te comprends!
      Oui il reste quelques places pour le prochain Cap-Hesychia mais on arrive bientôt au bout.

  28. Capitoline

    Bonjour.

    Après lecture de votre témoignage et de vos enseignements, j’ai plus envie de fréquenter mon église locale. Je veux laisser Christ en moi vivre et oeuvrer à travers moi. Mais je me heurte au manque de compréhension du verset de Hébreux 10 : 25 qui dit de ne pas abandonner notre assemblée.
    Pourriez-vous m’aider à bien comprendre comment m’y prendre ? Merci.

    • Paddy

      Fréquenter une assemblée n’est pas un problème tant que vous pouvez vivre Christ en vous librement et que vous êtes en paix avec ça.
      Il faut autant avoir une conviction pour rester dans une assemblée que pour la quitter. Pas étonnant que vous vous confrontiez à l’incompréhension (qui est souvent localisée que dans l’assemblée), les gens sont souvent conditionné avec la pensée que si vous quittez l’assemblée, vous quittez la foi et vous êtes perdu; A vous de « prouver » qu’ils ont tord.
      Le verset signifie littéralement: ne cessez pas de vous rassembler. Il ne parle pas de quitter une assemblée, il parle plutôt de ne pas vivre sa vie spirituelle en solo.

      • Capitoline

        Merci.

        • Neli

          Je vous salue.
          Je m’excuse de revenir encore une fois avec une question très personnelle.
          J’ai vu des souers et frères qui essaient d’enseigner et de pratiquer l’intériorité. Avant que je lise vos enseignements sur le sujet, il y a des moments où j’ai pensé qu’ils ont rencontrés un problème spirituel, car leurs enseignements étaient inhabituels . Nous étions dans la même église et d’un coup ils l’ont quittée parce qu’ils n’étaient pas compris par nos pasteurs.
          En écoutant leurs enseignements, on dirait que c’est vous qui les a enseignés alors qu’ils ne vous connaissent même pas. Dieu sait comment révéler à ses enfants ses vérités.
          Alors maintenant que j’ai découvert qu’ils sont dans la bonne voie, je voudrais les rejoindre et quitter mon église dont les dirigeants prêchent beaucoup sur le religieux que sur la Parole elle-même.
          Mais mon époux aime tellement notre église qu’il ne peut même pas participer à un séminaire organisé ailleurs.
          On dit que quitter l’Assemblée de son époux est signe d’insoumission à son égard.
          Mais vraiment je voudrais m’entourer de gens qui m’aident à vivre une vie de gloire en Christ, à laisser Christ vivre et oeuvrer au travers de moi et que le « moi » meurt.
          En effet, mon église m’a enseigné de combattre le péché, de me sanctifier, de m’apprêter pour la mort ou pour l’enlèvement mais jusqu’à maintenant, je vis une vie de culpabilité car je ne me suis jamais sentie assurée de mon salut. Et je vis dans la culpabilité pendant plusieures années, alors que j’essaie tous les jours de ne pas tomber dans le péché pour plaire à mon Dieu mais sans succès.
          SVP je sollicite vos conseils.
          Je vous remercie.

          • Paddy

            3 choses:
            Il n’est pas écrit de ne pas quitter son assemblée mais il est écrit de ne pas cessez de se rassembler. L’exhortation n’interdit pas de quitter une assemblée (on l’utilise trop souvent dans ce sens) mais l’exhortation encourage à ne pas vivre sa vie avec Dieu seul, nous avons besoin de vis à vis.
            Dieu ne peut être l’auteur de la culpabilité. La culpabilité est à refuser, à combattre.
            Christ est notre victoire sur le péché, Christ est notre sanctification.
            celui qui nous appelle est fidèle est fidèle, c’est lui qui le fera… (1Thess 5 25)

          • Bonjour Neli,

            Hébreux 10:25 fait même état de réunions. Ne délaissez pas vos réunions. Donc comme le dit Patrick, il s’agit ici d’une exhortation à vivre sa foi régulièrement avec des frères et soeurs. L’on peut quitter une église locale dans laquelle on ne trouve plus sa place, et si après avoir échanger avec le pasteur ou un des responsables rien ne change, rien dans la Bible ne nous empêche de rejoindre d’autres frères et soeurs. L’important étant de ne pas rester seuls. traduction King James: « Ne délaissant pas de se réunir nous mêmes ensemble »

  29. Bonjour Patrick,

    J’étais parti pour faire un monologue mais au final il était incompréhensible. Je fais donc faire au plus court.

    En ce qui concerne la dimension spirituelle j’ai toujours été largué avec « Christ  » et le « St Esprit ». J’ai entendu tout un tas de choses et pourtant, aucune ne résonne en moi. Si je devais résumé …Christ et St Esprit c’est la même chose pour moi. Ou je dirais que Christ est l’incarnation du St Esprit (ou l’inverse je sais pas) dans l’homme et c’est ainsi que Jésus fut Christ.

    Dans mon raisonnement, j’ai aussi ce conflit pour comprendre la Parole. Pour moi, ce n’est pas la Bible, j’ai toujours pensé que c’était Jésus … mais … la Parole a existé avant Jésus homme, Elle était Dieu. En lisant cette parole de Jésus « Je ne fait rien de par moi même »… je me dit et si ce qu’il disait non plus n’était pas de lui. Du coup, quand je lis les paroles prononcées par Jésus, j’ai tendance à faire comme si c’était Christ qui parlait. Classique on me dira. Mais pour moi cela change énormément … « Nul ne va au Père que par Moi » = Tu ne pourras aller au Père, dans son royaume, sans que Moi, le Christ je ne m’incarne en toi. Ça rejoint selon moi ce que Jésus dit à Nicodème. Et clairement, je me sens très seul avec ce raisonnement.

    Puis hier, j’écoute la fin d’une de tes interventions sur Terre d’Amour. A un moment, tu fais cette remarque, « En fait c’est pas Jésus la Parole, c’est Christ », dis moisi je me trompe, mais je me suis senti moins seul d’un coup.

    J’ai cette impression qu’on a monté tout une usine à gaz doctrinale avec le St Esprit, Christ, Jésus, prier ci, prier ca, comme ci, comme ça … et je me dis, ok, le St Esprit, Christ, Jésus, mais c’est tellement simple en fait. Le St Esprit, l’Esprit de Dieu, son souffle de vie, vient en moi animer Christ pour m’amener à sa stature, comme le fit Jésus.

    Christ en nous point barre et tout le reste nous sera donné par dessus.

    Après oui, Jésus homme a eu sa fonction, sa mission .. et quelle mission !!!

    C’est comme, je comprends par pourquoi on prie Jésus dans nos assemblées (là je passe pour un hérétique), alors que Jésus nous dit de prier le Père, ET QU’IL NE LE FERA PAS POUR NOUS.

    Difficile d’être clair et concis par écrit, j’espère que tu comprendra mon état d’esprit qui accentue toujours plus ma soif, mon incompréhension, mes conflits etc … Trop de question, de soif en moi. L’intériorité s’impose à moi.

    Désolé pour ma notion du commentaire court :)

    • Paddy

      J’aime ta réflexion et ton ouverture. Écoute toujours ton cœur, quand une théorie n’enflamme pas ton cœur, tu peux l’abandonner. Quand c’est compliqué c’est qu’on s’est éloigné de la simplicité qui est en Christ.
      Non tu n’es pas seul, continue sur ce chemin, tu vas voir, on est de plus en plus nombreux.

      • Merci pour ton encouragement.
        Il n’est pas toujours évident de trouver des chrétiens qui ont cette ouverture et en même temps un certain équilibre. Parfois on tombe sur des mystiques dans le mauvais sens du terme qui peuvent être toxiques.

        Puis j’ai eu la chance d’échanger avec Etienne Atger un soir … et là je me suis dit: Purée (le mot a été changé :) ), mais c’est ça.

        Ce matin, après ma séance de cohérence cardiaque, j’ai passé mes 20 premières minutes dans le silence, mais cette fois-ci, il y a eu un déclic. Je ne fais plus pour recevoir quelque chose (même inconsciemment) mais juste pour Dieu, pour le satisfaire Lui afin que Lui prenne plaisir à se mouvoir en moi. Je sais pas si c’est biblique mais ça été mon état d’esprit pendant ces 20 minutes. Et si les louanges qui nous serons dues étaient liées au fait de permettre à Dieu de se mouvoir en nous ???

        • Paddy

          Tu connais mon pote Etienne, t’as des bonnes fréquentations.
          Un temps de silence après un temps de cohérences cardiaques, très bon choix, Super.
          Pour ta dernière question va sur l’article « Exaltation du silence » sur le site Cap-Hesychia et tu verras le lien entre la louange et le silence.

          • Je n’irais pas jusqu’à dire que je le connais, mais j’ai eu l’occasion en effet d’échanger avec lui grâce à des amitiés communes sur Toulon.

            J’avais vu l’article sur l’exaltation du silence, mais j’avais pas tilter sur le psaume 65:1. Par contre j’ai essayé de creuser un peu le lien silence/vibration. Le son n’est en fait que le fruit de vibrations d’onde dans un fluide (comme l’air). Le silence est soit l’absence de vibration, comme en solfège (un arrêt de son), ou serait une vibration particulière audible par Dieu seul qui entendrait les vibrations silencieuses du coeur un peu comme des utlrasons … je pars un peu loin là peut-être. Mais j’ai tellement de question!!! Moi aussi je peux parler pendant des heures …

  30. Bonjour Patrick,

    J’aimerai savoir si le thème de l’autorité spirituelle dans l’Eglise est abordée à Cap-Hésychia?

    Bien entendu l’intériorité ne rythme pas 100% de notre vie spirituelle et n’abolie pas, je pense, la prière orale ou encore la communion fraternelle (même si cette notion n’est pas très claire pour moi). Si nous avons bien un accès direct avec Dieu depuis l’oeuvre de la croix et de la Pentecôte, qu’en est-il de l’autorité dans l’Eglise et les cinq ministères décrits dans Ephésiens?

    Cordialement,

    • Paddy

      le thème peut être survolé car il y a des temps interactifs de question/réponse ou n’importe quel thème peut être abordé. Pour de l’approfondissement sur ce sujet (et les autres que tu mentionnes) c’est plus dans la formation HELIKIA que ça se fait.
      Cap-Hesychia est « consacré » à l’intériorité en théorie et en pratique, c’est la priorité. Les sujets périphériques en lien avec l’intériorité sont également abordés.
      Non l’intériorité ne rythme pas à 100% notre vie spirituelle mais à 200% :) Tout ce qui concerne notre vie spirituelle part de là, c’est le point de départ et ça impacte tout ! L’intériorité n’est pas une partie de notre vie spirituelle, c’est le fondement.

      • D’accord. Je connais des personnes qui ont fait Helikia, je vais me tourner vers elles pour avoir leurs retours.

        Merci.

  31. Ioura

    Salut,
    j ai vu quelques une de tes vidéos et ça fait vraiment plaisir de voir quelqu’un qui vie sa spiritualité la partage et la fait goûter comme tu le fait.
    En voyant ce que tu arrive à en tirer je lirai la bible avec plus de patience dorénavant^_^.
    J’ai l’impression d’avoir fait un peu le chemin inverse(les miracles en moins^_^),d’avoir commencer intuitivement par l’intériorité et petit à petit d’y avoir trouvé dieu.
    Je sais pas comment amener ça du coup je vais être cash, je suis tomber sur une vidéo il y a quelques temps d’un type qui disait être Jésus,j’ai commencé à regarder histoire de rigoler 5 min et finalement j’ai finie la vidéo ce type a changé ma vie, ma relation à moi-même et avec dieu… je la met ici si jamais ça t’intéresse,pour reprendre tes mots, d’y goûter:
    En tapant « overview of divine truth » on le retrouve facilement sur youtube.
    je sais à quel point ça peut prêter à controverse, mais si jamais tu y jette un coup d’œil ça m’intéresserai avec le bagage que tu as de savoir ce que tu en pense, dans le cas inverse ça me va aussi^_^
    En tout cas merci pour tes partages et tes partages à venir

    • Paddy

      hello
      J’ai regardé, je ne suis pas emballé. Le gars est sympathique, très précautionneux, respectueux, il a un charisme certains, là-dessus rien à dire. Le contenu est, selon moi, assez mélangé et les parties « éclairantes » ne peuvent masquer les parties plus sombres, les vérités ne peuvent pas masquer les choses moins « vraies ». Il dirait surement que c’est mon droit d’avoir des doutes, j’assume. Je me suis renseigné sur lui, il y a trop de choses dans ses enseignements que je ne cautionne pas.Je ne veux pas entrer dans les détails car le but de ce blog n’est pas le jugement d’autrui.

  32. Bonjour Patrick … encore moi oui :)

    J’ai depuis plusieurs mois la conviction que l’Esprit Saint, donné à la Pentecôte, a été répandu sur toute encore aujourd’hui. Je pense que tout le monde sur Terre aujourd’hui à Dieu en lui, mais que tous ne le savent pas. Ainsi la différence se fait entre un Christ « mort ou endormit  » en soi et un Christ « révélé, éveillé, manifesté » en soi. J’ai eu l’idée de présenter ma conviction dans un podcast (avec mes mots et ma maladresse…)

    https://soundcloud.com/intellibible/tout-le-monde-a-recu-le-saint-esprit

    Comme je m’y attendais, peu de soutien, et une déferlante de versets s’est « abattue » sur moi pour me dire que j’étais dans l’erreur (ce qui est peut-être la cas après tout).

    Parmi tous les versets, un seul vient me titiller, mais comment gérer un verset face à une réflexion générale qui s’appui « sur plus de verset » si je peux dire. Il s’agit de Romains 8:9. « Si l’Esprit de Dieu habite en vous ». Alors je ne veux pas tordre le texte ou forcer le sens, mais le verbe « habiter » est traduit du verbe « oikeo » qui veut dire aussi « demeurant en » et qui vient de « oikos » qui veut dire maison (au sens propre comme figuré je crois).

    Encore une fois, je ne veux pas m’auto convaincre par un tour de passe-passe de traduction forcée, mais ici Romains 8:9 ne parlerai pas juste d’une présence caché (dans ce cas il n’habite pas, ne demeure pas mais squatte incognito) mais d’une présence révélé, officielle et reconnu.

    J’aimerais avoir ton avis sur cette question.

    Cordialement,

    • Paddy

      Hello
      Je vois ce verset comme pure réthorique, Paul est abord affirmatif puis évoque cette question pour argumenter et lever les doutes.
      Dans Galates 4:19 Paul dit qu’il souffre les douleurs de l’enfantement jusqu’à ce que Christ soit formé en vous (non pas jusqu’à ce que Christ soit où vienne en vous);
      C’est bien d’oser des thèmes de la sorte ;-)

Répondre à Neuraz Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vérification, robots spam ou un vrais humain ? *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

patrickfontaine.org download